vendredi 7 mars 2014

༺ Se choisir, pleine grandeur ༻

«La plus grande partie de ma vie a été consacrée à essayer de me rapetisser.
À essayer de devenir plus petite. Silencieuse. Moins sensible. Moins engagée.
À avoir moins besoin des autres.
À être moins moi. 
Parce que je ne voulais pas être un fardeau.
Je ne voulais pas être "trop", prendre trop de place, ou repousser les gens.
Je voulais que les autres m'aiment.
Je voulais qu'on se préoccupe de moi, qu'on prenne soin de moi, je voulais avoir une valeur, être valable.
Je voulais être voulue.
Donc, pendant des années, je me suis sacrifiée moi-même pour rendre les autres heureux.
Et pendant des années, j'ai souffert.
Mais je n'en peux plus de souffrir, et me rapetisser, c'est fini.
Ce n'est pas mon travail de changer qui je suis afin de devenir un être humain valable, selon les critères de quelqu'un d'autre.
J'ai une valeur intrinsèque.
Non pas parce que les autres pensent que j'ai une valeur, mais simplement parce que j'existe, et donc je suis importante.
Mes pensées sont importantes.
Mes sentiments sont importants.
Ma voix compte.
Et avec ou sans la permission ou l'approbation de quiconque, je vais continuer à être qui je suis et exprimer qui je suis.
Même si ça met les gens en colère.
Même si cela les rend mal à l'aise.
Même s'ils choisissent de me quitter.
Je refuse de me rétrécir.
Je choisis de prendre de la place.
Je choisis d'honorer mes sentiments.
Je choisis de me donner la permission de satisfaire mes besoins.
Je choisis de faire de mon self-care, une priorité.
Je me choisis.

| Daniell Koepke |