jeudi 6 mars 2014

༺ Témoignage, février 2014 ༻


Je ne cherche plus à découvrir `ma vérité` parce qu'il n'y a rien à découvrir [parce que je ne crois plus qu'on doit mériter la vie ou que nous avons une 'mission' extérieure] . Je vois mieux que ce que j'ai à faire, c'est accepter ma `vérité` (c'est à dire Qui Je Suis, Comment Je Suis). 
Je ne cherche plus à M'améliorer, seulement à améliorer mes comportements pour que je ne les utilises plus pour me faire mal, pour me contrôler - ou à améliorer mes perceptions, pour les mêmes raisons.  Tu pourras peut-être dire que je suis à cheval sur les mots mais pour moi la différence est importante.  Autrement dit, je ne cherche plus à améliorer Qui Je Suis mais seulement à ne plus Fuir Qui Je Suis.
Grandir, oui, dans le sens où ça veut dire que je fais ce que je sais devoir faire pour m'en sortir et que lorsque je serai ailleurs, je serai aussi prête à grandir d'une nouvelle façon.

"Faire le bien", je n'ai plus cette volonté là non plus.  J'ai la volonté d'être vraie, en sachant que j'ai toujours voulu être une meilleure personne alors que j'étais déjà une "bonne personne".  Mais je n'ai plus de lois pour "être une bonne personne".  J'ai seulement l'amour et la compassion et je comprends enfin pourquoi ça commence avec moi.  J'ai la volonté de m'aimer et de me comprendre mieux et de pouvoir aimer et comprendre mieux les autres et vivre mieux avec le possible de ce que je suis et de ce qui m'est offert par la vie.
  Finalement, au lieu de "faire le bien", je me concentre plus sur "être bien" et c'est de là que j'aimerais accueillir, aimer, et être vraie."
Dans tes mots, je reconnais une partie de ce que je regarde en moi intensément depuis un an.  Déconnection, honte, Ego (fuite de la souffrance), etc. En même temps, je perçois ça comme positif dans ma vie, d'enlever mes masques, mes bandaids et de regarder "le mal" en face.  Mais est-ce que ça fait mal?  Osti, oui.  Et la fuite m'appelle, m'appelle tout le temps.  Sauf que je la reconnais et lui dit de fermer sa gueule. Parfois trop tard....  Mais quand je prends conscience qu'elle m'appelle, je reconnais que je suis en rechute intérieure, que je ne suis pas en train de dealer avec la merde.

J'essaie de [me servir de la Prière de la Sérénité] plus comme méditation que comme "prière".   Pour moi, la prière doit devenir ça:  une méditation.  Regarder, Accueillir, Laisser partir.
Si je devais la réécrire pour moi:  

J'accueille la capacité de voir et d'accepter qu'il y a des choses que je ne peux pas changer, je vois la paix qui vient de l'acceptation de la Peur et l'acceptation de ma vulnérabilité face à la Vie et je développe la sagesse de savoir où fini mon possible.

- Moi, correspondances, février 2014

___________________________________________________
voir aussi Se Changer vs Apporter des changements